2008 : L’AVANT-PROJET CORRIGÉ


Esquisse du projet de 2008

Comme s’il suffisait d’éliminer les digues pour que le projet soit accepté !

Nouvelle demande de mise à enquête publique rejetée par le préfet.

Les digues sont remplacées par deux récifs artificiels. Un de 350 m, l'autre de 250 de long,  +  hauts que la Grand’Roche.   

Toutes les autres contraintes demeurent :

  • problèmes environnementaux
  • problèmes juridiques
  • augmentation de l’emprise du projet,
  • nécessité de creuser profond pour obtenir un tirant d’eau suffisant dans le chenal : à – 1,50 m cote marine, soit plus de 9m de profondeur au niveau de la plage.Même s’il était bétonné, on imagine facilement que chaque marée comblerait de sable ce chenal dont les bords sont prévus semi-immergés selon les marées !

C’est reparti !    La gabegie continue … L'ambition démesurée égale la perte des réalités du porteur du projet.  L'erreur manifeste d'appréciation du maître d’ouvrage profite aux bureaux d’études… et le préjudice sera communal.